Matières résiduelles

La collecte

La collecte des matières résiduelles est gérée par la Régie intermunicipale des matières résiduelles du Kamouraska-Ouest. Elle dessert les municipalités de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Saint-Pacôme, Saint-Gabriel-Lalemant, Saint-Onésime-d’Ixworth et Rivière-Ouelle. Conformément aux pouvoirs délégués par les municipalités membres, la Régie intermunicipale des matières résiduelles du Kamouraska-Ouest a pour mission d’atteindre une saine gestion des matières résiduelles tout en respectant la capacité de payer des contribuables.

Aide-mémoire sur la collecte:

  • Les vidanges et la récupération sont ramassées le MERCREDI pour tout le territoire de la municipalité, en alternance avec les matières putrescibles la semaine suivante.
  • La collecte débute dès 5 h le matin. Prévoyez placer vos bacs la veille.
  • Le bac doit être placé à 1 mètre et demi (environ) du bord du chemin public, et à la droite du stationnement (en regardant vers la rue).
  • Placez-les à 30 cm de tout obstacle et de façon à ce que les roues soient vers la maison et l’autocollant vers la rue.
  • Les cendres (froides) doivent être mises dans des sacs ou des boîtes et surtout ne pas être déposées directement dans le bac sans contenant.
  • Le camion affecté à la collecte des matières résiduelles ne pourra soulever des bacs ayant un poids supérieur à 100 kilogrammes.
  • Les bacs doivent obligatoirement avoir un couvercle et être en bon état.
  • Les bacs roulants et les conteneurs doivent être identifiés par un autocollant fourni par la municipalité. Les bacs et les conteneurs non identifiés ne seront pas collectés.
Exemple d’un bac placé pour la collecte
Exemple d’un bac placé pour la collecte 

Qu’est-ce qui va (et ne va pas) dans quel bac?

Bacs bruns : matières acceptées

Bac bleu : matières acceptées

Les séances de la Régie intermunicipale des matières résiduelles du Kamouraska-Ouest sont publiques.

Calendrier des séances de la Régie

Pour plus d’informations, visitez le site internet de la Régie intermunicipale des matières résiduelles du Kamouraska-Ouest

Écocentre

L’écocentre de La Pocatière fait partie d’un ensemble d’écocentres gérés par les Collectivités écologiques Bas-Saint-Laurent (Co-éco)

Le site internet de Co-éco présente toute l’information sur les sujets suivants :

Écochantier

Écochantier est un projet mis sur pied par Co-éco dont l’objectif est la récupération, la mise en valeur et la mise en marché des matériaux issus de la construction, rénovation et de la démolition des bâtiments résidentiels, commerciaux et agricoles.

Il s’agit de deux centres de réemploi et d’une boutique en ligne, vous y trouverez des matériaux pour la cuisine et la salle de bain, des portes, des fenêtres, des couvre-planchers, des luminaires, de la peinture et bien plus !

Pour plus d’informations, visitez le site de site Internet de la Co-éco.

Devenir écoresponsable avec le principe 3RV-E

Le principe 3RV-E vise à :

  1. Réduire à la source : Évitez d’acheter des produits jetables, suremballés ou présentés en portions individuelles.
  2. Réemployer : Réutilisez un produit en le modifiant peu ou pas du tout. Par exemple, vous pouvez faire votre épicerie en utilisant des sacs réutilisables ou encore vous pouvez acheter en vrac avec des contenants réutilisables. De plus, afin de favoriser le réemploi, vous pouvez apporter les objets que vous n’utilisez plus dans un commerce de seconde main ou à l’abri de réemploi de l’écocentre.
  3. Recycler : Utilisez votre bac de recyclage à la maison et ceux disponibles dans les endroits publics.
  4. Valoriser : La valorisation correspond à la transformation d’une matière résiduelle afin d’obtenir une nouvelle matière, ou encore de l’énergie. La fabrication de compost à partir de matières résiduelles organiques en est le parfait exemple. Utilisez votre bac brun à la maison et ceux disponibles dans les endroits publics chaque fois que c’est possible.
  5. Éliminer : Jeter est un dernier recours, lorsque la matière ne peut être réutilisée, recyclée ou valorisée. Il faut des centaines, voire des milliers d’années à certaines matières pour se décomposer dans les sites d’enfouissement.